Ines_Viol_Bobigny


Le magazine Marianne du 8 au 14 septembre 2012 rapportait, à propos des émeutes d'Amiens, qu'une mère du quartier déclarait "On fera tourner les petites Blanches dans les caves ".

Belle déclaration à un moment où débutait à Créteil le procés (13 ans aprés les faits ! ) de quatorze présumés violeurs accusés d'avoir réduit à l'état de bouts de viande deux jeunes filles de 15 et 16 ans.

Ce procés, qui a vu les 2 victimes craquer plusieurs fois ( l'une s'est entaillé les bras au rasoir, l'autre a tenté un suicide aux médicaments) s'est soldé par un verdict incompréhensible.

10 prévenus ont été acquités. 4 ont été condamnés à des peines de prison, dont 2 à des peine de 5 ans (dont 4 ans avec sursis), un autre à une peine de 5 ans (avec 4 ans et demi de sursis), et le dernier à une peine de 3 ans avec sursis.

Verdict incompréhensible quand on connait la nature de l'incrimination : viols en réunions, dont la Presse nous relatait le caractére absolument abject.

Par ailleurs une des victimes déclarées s'est vue totalement désavouée par le Tribunal.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

Si les dix personnes acquittées étaient innocentes, quelle machination, quel délire policier a pu les mener dans le box des accusés ?

Si les 5 prévenus ont commis ces viols en réunion, comment la peine la plus forte peut-elle se limiter à 1 an de prison ferme et 4 ans avec sursis ?

Deux messages se trouvent ainsi envoyés.

L'un aux violeurs à qui on fait savoir qu'une "tournante" vous vaudra au pire un an de prison ferme (et 4 autres avec sursis).

L'autre message est que la Police et la Justice peuvent vous trainer devant les Tribunaux a priori sans preuves valables, alors que vous êtes innocents.

Enfin une question reste en suspens. La victime qui s'est trouvée désavouée sera-t-elle à son tour trainée devant les tribunaux pour diffamation ?

Toute cette affaire évoque l'affaire d'Outreau et ses innocents trainés dans la boue pour finalement être reconnus innocents au terme d'un interminable calvaire.

Et on repense aussi à l'affaire des disparues d'Auxerre : l'incompétence, le laxisme et le mépris de classe manifestés par la plupart des personnels Judicaires impliquées dans cette affaire résonne en écho au verdict du Tribunal de Creteil.

Toute cette affaire, son traitement, ses victimes souillées, son absurdité obscéne ne peuvent que susciter l'écoeurement le plus total.